• Le recours au coaching (externe) : enjeux pour l’organisation et l’individu

    Effets de mode tournés à toutes les sauces, le coaching professionnel affine lui, au fil du temps, sa définition. On peut au moins dire qu’il est limité dans le temps et a pour fonction première, l’accompagnement de personnes ou des équipes dans le développement des potentiels et, la mise à jour des savoir-faire et savoir-être, au travail.

    Le recours au « business coaching » est en majorité lié à un fort enjeu tant pour l’individu que pour son organisation : nouvelle fonction, difficultés au sein des équipes, transition d’une compétence (parfois confortable) de manager à une attitude de leader, capacité à se positionner en arrière-plan d’une situation conflictuelle ou de crise, communication, retards dans les livraisons, …

    Outre ces problèmes « intra-muros », l’individu sur son chemin d’évolution fait face à diverses problématiques : burnout, deuil, crise existentielle à mi-chemin de sa vie, stress, démotivation, manque de confiance en soi…, et aussi, celles souvent proposées dans des sessions « classiques » liées à la problématique de la gestion du temps et/ou du stress, l’assertivité, les méthodes de prise de décision, …

    Outre les grands mouvements des dernières années liés aux multiples restructurations, fusions et absorptions, la stratégie des organisations doit passer par une compréhension et une adaptation aux changements de mentalité, aux nouvelles attitudes interpersonnelles dans la communication, au nouveau rapport à la hiérarchie et, à la dynamique co-créative des équipes visant un même objectif.

    Accroitre les capacités de chaque individu à s’ajuster mutuellement et en permanence devient une voie salutaire conduisant, de surcroit, à l’émergence d’une compétence collective dans l’organisation. Dès-lors, le coaching en entreprise, de l’individu à la collectivité, est un support essentiel (et complémentaire), dans le développement et l’évolution personnelle des comportements liés à des ancrages comme ses valeurs, sa grille de lecture, sa carte du monde et ses croyances.

    Très tôt, le mouvement Agile/Lean, même si peu entendu à ses débuts (et encore marginalisé dans certaines organisations), a su anticiper cette mutation des valeurs et répondre à ce changement de perspective dans les organisations. L’attitude du manager d’aujourd’hui, servant leader de ses équipes et à l’écoute de chacun, sait qu’une équipe est un ensemble de personnalités différentes, ayant pour chacun un style propre, des expériences, une histoire, une vie hors du travail et des talents parfois hors du stéréotype du métier exercé, le tout traversé par des dynamiques inconscientes (Anzieu).

    Une culture des retours d’expérience est une approche fondamentale pour maintenir et approfondir les liens interpersonnels et ainsi, renforcer et diffuser une culture organisationnelle commune. Des liens d’individu à individu se créent tout aussi naturellement, invitant parfois même à des échanges en mode "pairing".

    Du modèle rationnel au modèle politique, informel et d’intelligence émotionnelle

    sera le prochain article

     

    Article précédent lié à ce dossier:

  • 1 comment

    […] (suite ici) […]

    Reply